vendredi 23 septembre 2016

Poésie en CM2

Les élèves de Morgane Chantrel, à Saint-Pierre de Plesguen, ont publié un recueil illustré de textes écrits avec le poète Joël Bastard. L'occasion de partager quelques mots glanés sur les chemins de la commune, passés par l'écoute et le regard du poète, posés sur le papier avec sincérité. Comme un instantané de leur cœur et de leur âme à leur dernière année d'école.

video

jeudi 22 septembre 2016

Il ne faudrait jamais dire "The end"

Bientôt sur cette page, une sélection de livres cartonnés pour la section de petits...Mais pas besoin d'attendre l'école pour lire!

video

mardi 6 septembre 2016

Des albums pour se jeter à l’eau





« Avec ta classe, vous allez à la piscine demain, mon chéri ! » Tranquillement assis sur le canapé près de sa maman qui lit le carnet de correspondance, Simon ne l’entend pas du tout de cette oreille : Lui, la piscine, jamais de la vie. Il va tout de même falloir préparer le sac, dîner et dormir…Mais ça c’est difficile à la veille d’un jour pareil. Réveillé par un méga-cauchemar, il débarque dans le lit de ses parents pour déclarer qu’il ne voudra jamais, jamais, jamais aller à la piscine.
Tout cela semble mal parti, le lendemain 8 octobre Simon suit ses copains en classe puis dans les vestiaires où chaque petit lapin enfile un bonnet de bain sur ses grandes oreilles. Arrivé à l’échelle il  tremble et ne veut pas descendre à l’eau jusqu’à ce qu’il entende tout près de lui un sanglot…Une fois de plus Simon va retrouver ses pouvoirs de super lapin pour nous montrer combien on peut se dépasser dès lors qu’on est plusieurs. Un album bien adapté à la grande section et au CP où l’on pourra puiser davantage qu’une histoire de piscine : un exemple d’entraide facile à transposer. Les couleurs de Stephanie Blake sont toujours aussi éclatantes et ses lapins particulièrement craquants en maillot de bain. Je ne veux pas aller à la piscine!, Stéphanie Blake, l’école des loisirs, 12,70 €


Cet album sans texte d’une jeune Coréenne nous entraîne dans une bulle aquatique peuplée de poissons imaginaires et agitée de toutes sortes de jambes de nageurs. C’est l’expérience d’une piscine bondée où elle s’est retrouvée sans savoir nager qui a inspiré cet univers à l’auteure, JiHyeon Lee. Un ouvrage dans lequel on plongera avec des enfants de tout âge, chaque page comme une porte ouverte vers des mondes trempés et brumeux à la fois. Couleurs pastel, baleine duveteuse, douceur et calme des personnages. Hors de l’eau, la page est vide, un peu comme lorsque le Max de Sendak sort de son rêve maxi-monstrueux. A chacun d’écrire son histoire entre deux eaux sur ces pages fluides et claires. La piscine, JiHyeon Lee, kaleidoscope, 14,00€ Le blog de l’auteure : http://blog.picturebookmakers.com/post/125243484756/jihyeon-lee

Encore et toujours, nous recommandons Jour de piscine de Christine Naumann-Villemin et Eléonore Thuillier. Pour la drôlerie des personnages et de l’histoire, pour les courts textes intéressants à lire avec des débutants (affiches, mots-clés), pour la déclinaison de la peur chez chacun des animaux qui peut donner lieu à l’écriture d’un texte collectif ou à un petit débat dans la classe. Jour de piscine, kaleidoscope, de la MS au CP, 13,20€. 







Toujours de Christine Naumann-Villemin mais illustré cette fois par Marianne Barcilon, Le crocodile de l’école illustre avec drôlerie la présence d’un élève différent à la maternelle, sa croissance un peu plus rapide que celle des autres élèves, les enfants ordinaires, ses difficultés à accomplir les actes les plus simples. Une petite ritournelle souligne toutes les situations où la grande taille et l’étrangeté du crocodile dénotent dans le groupe. Chaque fois qu’il est en difficulté, les enfants lui montrent comment faire. La chute amusante se passe à la piscine où ce n’est pas si mal d’avoir un très grand copain aquatique. Un livre à propos d’entraide et de différence pour l’école maternelle, Le crocodile de l’école, kaleidoscope, 13 €





Finalement on sortira de la piscine pour baigner ses doudous dans la baignoire avec Berk de Julien Béziat. Peut-être une bonne idée pour conjurer l’appréhension car là c’est l’enfant qui joue les maitres-nageurs devant une rangée de jouets et de peluches : un mini-dragon, Aspiro l’éléphant, Trouillette la tortue, Poulp et surtout Berk, canard assez peu aquatique. On pourrait penser que tout va se passer calmement mais ce ne sera pas le cas, il n’y a que Drago qui sache nager et il n’aime pas l’eau chaude. S’en suivront moult éclaboussures et même un pipi dans l’eau, comme dans la vraie vie, du bien nommé Berk. Pour les maternelles, Le bain de Berk, Julien Béziat, Pastel, 13,50€





mardi 23 février 2016

Des albums pour peupler la nuit



Bientôt le printemps, la nuit recule enfin…Pourtant les habitants des ténèbres sont toujours là, tout près, familiers comme la peur. Une frousse d’autant plus délectable qu’on la vaincra en peuplant l’obscurité d’amis invisibles. Les livres sont là pour ça.

-Classique parmi les classiques,  Bébés chouettes de Waddell et Benson est réédité en petit format cartonné, l’idéal pour les mains-des tout-petits, une histoire juste comme il faut pour attendre les parents. Des pistes aussi pour peindre, dessiner, tracer gratter en blanc sur noir ou pour poser de délicates empreintes de plumes sur du papier Canson. Pour les petits, l’école des loisirs, 9,90 €.



-Encore pour les petits, un livre sonore chez Gallimard Découvertes : Ecoute les bruits de la nuit.  Un moment calme avant la sieste pour  tendre l'oreille à quelques animaux : le renard, le hérisson, le chat, la chauve-souris et …les moustiques. Une invitation à écouter les sons de la nuit et  se poser sereinement. On pourra utiliser ce petit format cartonné comme un jeu de Kim sonore en cachant les illustrations. Gallimard jeunesse, 11,10 €







- Nuit, Emmanuelle Eeckout. Un autre petit format pour une balade nocturne poétique, un univers gris, noir et jaune où l’argent de la pleine lune éclaire l’harmonie du monde. Simple et beau comme sait le faire cette artiste, une mine pour jouer avec les mots à travers des paysages aventureux mais rassurants. 
Le choix des couleurs peut être repéré en classe et le disque blanc de la lune posé sur les peintures des enfants. Pour les petits et les moyens,  à l’école des loisirs, 10,00 € 








-L’oiseau qui avait avalé une étoile, Laurie Cohen et Toni Demuro. Un conte en randonnée derrière ce petit oiseau différent, rejeté par tous à cause de sa lumière, certains se reconnaitront...
 Pour les illustrations, l’atmosphère inhabituelle, les couleurs lumineuses et douces à la fois, l'impression de douceur textile. Pour la fin consolatoire aussi. La Palissade, 14,50 €












-Je suis le chien qui court, Marc Daniau. Un album pour tous les âges, de la première année de maternelle au CM2 (et bien après d’ailleurs…) Un album-évasion au fil des doubles-pages  qui nous entraînent derrière le chien, « le chien qui traverse vos villes, celui qui n’a plus peur de la nuit… »  Force du trait, élévation, beauté. Un usage magique de la couleur, un format propice au partage et de quoi ouvrir une fenêtre à la liberté sur les murs de la classe. Avec des élèves de cycle trois une invitation à écrire ses rêves ou à imaginer ce que donne l’école vue de là-haut. Un cadeau idéal pour ceux qui rêvent de voler et ne s’en cachent pas. De la section de petits au CM2, Seuil, 16 €  





-Jeanne et Jean de Grégoire Solotareff. Bleu nuit, la page de garde et  la page de titre nous ouvrent sans transition  un paysage incandescent où même les héros, deux lapins frère et sœur, semblent se consumer sous le soleil. Juste l’ombre d’un chien jouant les loups et quelques arbres carbonisés dans la fournaise, les matinées de Jeanne et Jean sont radieuses. Jusqu’au jour où ils se perdent et, faute de pouvoir rentrer chez eux,  doivent affronter le soir venu leur monde si familier transformé par la nuit. Ce qui fait peur c’est ce qu’on ne voit pas, cet album l’illustre avec force. L’occasion de travailler les ombres, en photo, en peinture, collage ou en  danse avec les enfants. De la PS à la GS, l’école des loisirs, 12,70 €




 
-Le Noir Quart d’heure, Carl Norac et Emmanuelle Eeckout. « Le noir quart d’heure, c’est Maman et moi, tout éteint. Elle raconte, je raconte. C’est notre histoire. » Le noir quart d’heure de Carl Norac passe par les souvenirs enfouis, l’obscurité initiale du ventre maternel, le ver luisant sur le nez de l’aveugle, les pas dans l’ombre, le père au sortir de la mine, l’ours dans la nuit polaire…Un texte à suivre et une invitation à peupler son Noir quart d’heure à soi d’amour et de chaleur. Un album pour le cycle 3, à mon avis, et une invitation à l’écriture. Les illustrations d’Emmanuelle Eeckout portent avec légèreté la poésie du texte. Du CE2 au CM2, Pastel 13,00€ https://www.youtube.com/watch?v=09U70BseEQM



- Mon amoureux de la lune, Agnès de Lestrade et Amandine Laprun.  Un roman pour lecteurs débutants autour de la maladie rare des enfants-lune, ceux qui doivent se protéger de la lumière du soleil. Un sujet original qui peut amener à réfléchir à d’autres maladies et permettre de discuter en classe à propos des préjugés : quand Léandro arrive dans le quartier avec sa combinaison anti-rayonnements les autres le prennent pour un fantôme. Un texte bien segmenté, et illustré qui peut intéresser des lecteurs de tous âges, y compris ceux qui ont des difficultés avec l'écrit. Oskar éditeur.

lundi 5 octobre 2015

Rire avec les loups




-        Un mini-format carré, Maxiloup l’imagier des petits loups, nous désosse proprement la bête mythique et ses accessoires : les dents, la marmite, la serviette, la nuit…avant de nous entraîner doucement vers des couleurs pastel et des images apaisantes : gentil petit loup, petit loup, bébé loup…Même si je ne suis pas trop portée sur les loups pacifiques et végétariens (pas la peine de raconter des histoires si on ne se fait jamais peur), ce petit imagier est une bonne transition vers un temps calme en groupe restreint.

-         D’Alex Sanders, toujours, en plus grand  format cartonné, un album bien adapté pour dialoguer avec un groupe d’enfants (PS/MS) : Pas sages ? On frappe à la porte rouge, « Ouh la la ! Mais qui voilà ? Monsieur le loup. En personne ! ». Il a les yeux verts, le sourire goguenard, et le narrateur peut dialoguer avec lui. Le sujet de la discussion, c’est le genre d’enfants que le loup aime croquer et c’est drôle. Un bon support pour interagir sur le mode humoristique avec les enfants et une fin rassurante et drôle. Pas sages ? Alex Sanders, Loulou et Compagnie, 12,20€

-        Encore un livre cartonné pour les petits, Au secours Voilà le LOUP de Ramadier et Bourgeau. Un album à montrer en le penchant et en le retournant pour accompagner et maîtriser l’approche de la redoutable bestiole qu’on voit d’abord se profiler à l’horizon avant de grossir et de menacer... Mais on peut toujours fermer le livre. Ouf ! Là aussi un album approprié au petit groupe qui invite ses lecteurs à le rouvrir dès qu’on l’a fini. (PS1 et PS2) Au secours Voilà le LOUP de Ramadier et Bourgeau Loulou et Compagnie, 11 €

-        Pour les plus grands, de la MS au CP, un tome des fameuses Sciences Naturelles de Tatsu Nagata, alias Thierry Dedieu : le loup. Couleurs flashy et situation de départ improbable, le professeur Tatsu Nagata croit malin de se déguiser en mouton pour observer les loups. On pourra dès lors inviter les enfants à commenter cette procédure inédite et à émettre quelques hypothèses sur la suite probable de l’étude. Cependant le reste de l’album contient des informations réelles présentées sur un mode humoristique, preuve que le professeur a pu mener son enquête. La dernière page nous ramène à la figure du départ : poursuivi par un canidé affamé le professeur perd son déguisement en fuyant de toutes ses petites jambes. Sciences Naturelles de Tatsu Nagata, le loup. Seuil jeunesse 8,50 €

-        Pour les encore plus grands, à partir du CP, Le Plus malin de Mario Ramos. Comment un pauvre loup bien décidé à croquer une petite framboise rouge (vous m’avez comprise) croit bienvenu d’enfiler la chemise de nuit et le bonnet de la grand-mère qu’il trouve étalés sur le lit de l’ancêtre. Coincé dehors dans cette tenue ridicule, il file se cacher dans les bois où tout le monde le prend pour la mère-grand : le chasseur myope occupé à chercher ses lunettes, le petit ours en balade avec ses parents, les trois petits cochons, les sept nains et même ce bellâtre de Jean-Charles-Hubert-Hector de Montrésor en route vers le château de la Belle qui dort encore…Forcément, quand on a l’habitude de semer la terreur, ça énerve. Textes et illustrations semés de détails amusants, cet album permettra de recenser les héros de contes connus sur un mode comique. Le Plus malin de Mario Ramos, l’école des loisirs, 12,00 €

jeudi 9 octobre 2014

Retournement de situation


 Dès la maternelle on peut apprécier que les histoires contiennent des surprises, quelques nouveautés  qui donneront l’occasion d’en discuter avec des élèves en voie de devenir lecteurs …
 
On verra demain. Ce très bel album de Michaël Escoffier et Kris di Giacomo met en scène un champion de la procrastination : Paco, le paresseux accroché à son arbre de toutes ses longues griffes. Paco décline toutes les façons de dormir sur une branche pendant que le monde s’agite autour de lui : non seulement il ignore totalement les injonctions d’aller jouer ou de se marier mais en plus il ne bouge pas lorsque les castors détruisent la forêt autour de lui. Ce n’est que bien tard, quand ils s’en prennent à son arbre, qu’il réagit enfin. « Sans son arbre, il mourrait, c’est sûr. Il lui faudrait dénicher chaque jour de quoi manger, trouver chaque soir un nouvel endroit où s’abriter, autant de choses qu’il avait réussi à éviter au cours de ces longues années. »
 Paco s’anime, interpelle les bûcherons, il les envoûte en leur racontant combien cet arbre est magique : il contient tout un monde d’insectes et d’amphibiens extraordinaires, des oiseaux fabuleux, des lézards capables de marcher sur l’eau…Captivés, les castors cessent de cisailler et en redemandent. C’est alors que Paco retourne se coucher.
En classe cet album donne l’occasion de parler d’environnement, de reformuler l’histoire et de discuter des fins possibles de l’histoire. De la section de moyens au CE1, Kaléidoscope, 13€

 
 
 
La fête de Billy. Revoilà Billy le hamster qui va fêter son anniversaire, au programme: fête costumée, il n’y a plus qu’à lancer les invitations. Bien sûr, Jean-Claude le ver de terre est le premier invité, avec son nouveau petit frère Didier. Billy fait le tour des amis avec Jean-Claude et ils perdent le bébé en route. Panique, ils finissent par le retrouver chez l’inquiétant vautour et on se dit que ça va mal finir. Finalement la fête a lieu, tout le monde est là, même quelqu’un qui s’est déguisé en fantôme et que personne ne reconnaît. ..
Une histoire parsemée de traits d’humour adaptés aux enfants  et une devinette à élucider ensemble : qui peut être ce gentil fantôme qui s’occupe du bébé ver de terre ? En discutant avec les élèves on passera un bon moment autour de la compréhension de texte. De la section de moyens (bien que ce soit un peu long en début d’année) au CE1. Catarina Valckx , l’école des loisirs, 12,70€
 

C’est Papy qui choisit. Le petit narrateur décrit ses mercredis avec son grand-père : toujours la même chose, Papy lui demande de choisir entre des activités ou des plats qui ne lui plaisent pas. On sent que c’est plutôt barbant…Alors il décide de prendre le taureau par les cornes : « A partir de maintenant, c’est toi qui choisis, Papy ! ». Les voilà donc devant la télévision, il y a foot, ça promet. Mais voilà Papy qui s’anime et se souvient : « Quand j’avais ton âge…Et si on allait jouer au foot ? ». Finalement le mercredi se passe de mieux en mieux, ils font plein de nouvelles choses et la chute indique combien le petit garçon a adoré ce temps partagé. En plus d’une bonne technique de manipulation, l’histoire donne l’occasion de discuter pour préciser les points de vue de chacun, de la section de grands au CE1. Les dessins sont merveilleux de tendresse, Jean Leroy et Jean-Luc Englebert, Pastel, 10,50€.
 
Ce n’est PAS une bonne idée. Mo Willems revient avec un album à la manière des films muets : personnages hyper-expressifs, cartons noirs encadrés de blanc pour les dialogues,  avec en plus une série de poussins-narrateurs très amusants qui reviennent ponctuer le déroulement de l’histoire. Il s’agit d’un renard qui invite une oie à dîner, elle accepte avec enthousiasme malgré la mise en garde du chœur des poussins : Ce n’est PAS une bonne idée. Finalement, ce qui semblait à craindre n’arrive pas, bien au contraire puisque le renard finit à la casserole. Le texte court et structuré présente un intérêt certain pour un usage à l’école maternelle : répétition d’une forme négative complète en ritournelle, registre soutenu. On aura de bons moments avec les enfants et ils devraient s’emparer du texte avec bénéfice.  Dès la section de petits, Kaléidoscope, 13 €

mardi 7 octobre 2014

GRANDIR !


Les enfants sont devenus plus grands en changeant de classe, c’est l’effet magique de la rentrée.



De plus en plus haut. A ce propos un très bel album nous donne des repères entre la taille d’un enfant de dix ans et celle d’une girafe, celle d’une statue de l’île de Pâques et celle de l’Obélisque de Louxor…Au fil des illustrations simples et détourées on visite le monde entier et son ordre de grandeur : la statue du christ rédempteur à Rio de Janeiro moins haute qu’un baobab de Madagascar, les Supertrees de Singapour, la fusée Ariane, la tour de Pise à 56 mètres malgré son penchant, le phare de l’île Vierge à 82,50 mètres. On grimpe vers la statue de la Liberté, Notre Dame, Big Ben en passant par le minaret de la mosquée Hassan II et la tour Chrysler. Pylône géant, éolienne formidable, tour de 160 étages…pour arriver au point le plus haut, les 8848 mètres de l’Everest pas encore dépassés. Après avoir feuilleté l’album long et stylé pour la beauté des illustrations, on trouvera les informations concernant chaque édifice sur une double page. Une réussite et une piste pour d’interroger sur les mesures de l’école et de son environnement.  Justine de Lagausie et Mikhail Mitmalka, De La Martinière jeunesse, 12,90€ (à partir du CE1)


Gérard le bousier. Grandir c’est aussi traverser des épreuves et en sortir changé. C’est le cas de Gérard qui a trouvé une étrange boule,  dure et bosselée. Il la roule derrière lui pour réussir la mission qu’il s’est donnée : trouver les parents de cet œuf. Il part à la rencontre de l’autruche qui ne reconnaît pas sa progéniture (trop petit !), du coucou qui l’oriente vers d’autres ovipares que les oiseaux, de la grenouille qui ne pond pas du tout comme ça, des serpents dont on se méfie quand même un peu. Finalement il découvrira des parents indignes armés de cannes et occupés à frapper d’autres œufs blancs et sphériques. S’il n’est pas connaisseur en golf, Gérard est néanmoins un très gentil personnage, il choisit de garder son « œuf » près de lui et de s’en occuper. C’est beau (Andrée Prigent signe les illustrations), c’est tendre et drôle avec de vraies informations sur les animaux. Fred Paronuzzi et Andrée Prigent, , Kaleidoscope  13€, à partir de la section de moyens.

 

 Le zoo derrière la porte. En devenant grand on accède à des mondes cachés, des aventures secrètes. C’est le cas de Sylvie qui découvre une porte dans le mur de sa chambre, derrière cette porte un couloir, une autre porte et un zoo secret où toutes sortes d’animaux attendent sa visite. Pour Sylvie commence alors une double vie : chaque nuit elle va chercher quelques animaux qu’elle ramène avec elle pour partager son bain et son lit (ou sa descente de lit s’ils sont trop lourds). Chaque matin elle ramène les animaux au zoo et ferme les portes, jusqu’au jour où elle se réveille en retard et oublie de fermer la porte secrète…Une belle histoire à propos de vie intérieure qui plaira aux élèves rêveurs, ceux qui ont du mal à se reconnaître dans les aventures trop réalistes. John Burningham, Kaleidoscope, 14€, à partir de la section de grands.


Le grand bateau de Grand Ours. Grand Ours est devenu trop grand pour son petit bateau, il doit en construire un autre. Le même que son petit bateau en plus grand. Il travaille dur, son bateau est prêt : exactement comme il le rêvait. C’est alors le défilé des amis et voisins et la litanie des conseils : pour le castor il faudrait un mât,  pour la loutre il manque un pont, pour le héron une cabine serait bienvenue…Grand Ours écoute chacun et transforme petit à petit son bateau qui finit par ne ressembler à rien, en tout cas pas à ce qu’il voulait, il n’est pas satisfait. Alors il démonte tous les ajouts jusqu’à ce qu’il retrouve le bateau du début, celui qui lui plaît à lui, grandir c’est aussi affirmer ses choix.  Un album délicieux,  un régal de regarder Grand Ours dériver au fil de l’eau dans sa barque. Eve Bunting et Nancy Carpenter, Pastel, 10,50€